lundi 17 septembre 2012

Le gouvernement s'attaquerait aux étudiants?


Un petit post rapide suite à la décision de rendre : Les classes préparatoires bientôt payantes


Finalement, ce gouvernement a commencé par racketter les salariés, puis les entreprises, puis les retraités, et maintenant les étudiants... que reste-t-il.... les fonctionnaires? Ah ben oui, mais là non! Pas touche! Espèce protégée! 

La France continue de s'attaquer à ceux qui veulent travailler. 

Ce gouvernement est en pleine forme, il est même miraculeux ...

J'y reviendrai

De l'amélioration dans la normalité


Tout d'abord je tiens à saluer le remarquable effort de notre bon roi François II pour sa tenue vestimentaire lors de son show télé devant les Français pour faire passer les mesures d'austérité, notamment:
 
  • Le Brushing "Dick Rivers":  sa mèche qui tend en une sorte de “comb over” (cheveux pliés par dessus la calvitie) que déjà Giscard en son temps avait l'élégance de faire. Sa raie centrale qui s’efface avec des tempes légèrement dégagées.  C'est au moins aussi fin que la coupe Playmobil de l'ex bling-bling. 
  • Les Lunettes Tchin Tchin d'Afflelou: autant la presse a beaucoup disserté sur les kilos du gros mou (15 kilos!), mais peu d'éditorialistes ont relevé les lunettes plus transparentes que celles de Jospin en 2002, à la façon “c’est clair”. 
  • La cravate Butagaz: Cette cravate tend vers une brillance glossy, à la façon bleu EDF, qui, je n'en doute pas, ira droit au cœur des électeurs du service public (minimum) de l’électricité et du gaz.  Peut être aussi quelques signes subliminaux pour rappeler, à la façon Delphine BATHO, qu'il refuse toute hausse de l'énergie de manière inconsidérée (même si après ce refus n'était qu'intellectuel et qu'en pratique, la hausse sera bien réelle) 
  • La goutte au nœud: c'est sans doute le plus gros bug du style François. Notez le petit creux coquet qui coule à la sortie du nœud, ici il est trop petit. Le col de chemise est également beaucoup trop serré : le cou gonfle près de la nuque. Peut être une conséquence d'avoir envoyé notre bon roi observer pendant dix heures les ruminants au Salon de l’Agriculture? 
  • Sa veste électorale: Elle témoigne bien de la pauvreté extrême de ce président, qui, du fait de la contrainte de la plèbe, a dû renoncer à 30% de ses traitements.

Soulignons l'élégance dialectique d'avoir lancé récemment pas moins de 9 nouvelles commissions. 
 
Avec bling-bling, nous tournions à une moyenne d'une nouvelle commission toutes les 8 à 9 semaines. Notre bon roi, lui, en créer une toutes les 3 semaines. Notamment: 
  • La concertation pour la refondation de l’école de la République
  • La Grande conférence sociale
  • La mission de Pierre Lescure sur l’acte II de l’exception culturelle (vous comprenez cet intitulé??)
  • La Commission sur la rénovation de la vie politique
  • La Commission du Livre Blanc de la défense et de la sécurité nationale.
  • La Commission chargée d'observer les violences faites sur les professeurs travaillant à l'éducation nationale. 
  • La Commission chargée de la rénovation et de la déontologie de la vie publique 
  • La Grande Conférence environnementale
  • La mission de réflexion sur la morale laïque
  • Et malheureusement bien d'autres... 
Trop de commissions tue la crédibilité et la valeur morale de ces mêmes commissions! 

Et puis, difficile de parler de changement et d'espérer en voir les premiers signes assez rapidement quand on installe des commissions théodule dont le rôle ne sera que peu significatif, voir plutôt symbolique et dont les premiers résultats ne sont attendus au mieux qu'un peu avant la fin de l'année prochaine...
  
Soulignons quand même leur utilité sociale pour permettre de placer des camarades, des adversaires que l'on a envie de faire taire, ou un membre de la famille 
 
Rappelons que lorsque notre bon roi n'était que prince, il avait déjà l'habitude d'user cette même approche des problématiques en faisant du dialogue et du compromis son mode de gouvernance. Le parti a d'ailleurs fini par s'en retrouver divisé comme jamais, comme l'ont témoigné les débats houleux du Congrès de Reims. D'ailleurs le parti n'a jamais eu pendant 11 ans de ligne directrice claire et affirmée. Vous en doutiez?

mercredi 12 septembre 2012

Nouveaux schémas familiaux: Tant de bruit pour si peu?



Je pensais me taire sur ce sujet car je n’étais pas vraiment tranché sur la question. Néanmoins, quand je lis certains articles de presse je ne peux que hurler de colère devant autant d’animosité tant ce projet de loi cristallise les passions.

Je suis choqué qu'à notre époque, dans un pays « développé » comme le nôtre, nous ayons encore autant de réactions négatives, anti-égalitaires (dans un pays prétendu de gauche!) et stigmatisantes. Et de lire surtout qu'une minorité impose ses lois à une majorité. Il faudra quand même m’expliquer en quoi les discussions sur les droits d’adoption pour tous minent les droits de l’actuelle majorité.

Autant la France ne s'émeut pas quand il s’agit de discuter du droit des personnes en situation irrégulière, du droit des personnes sans emploi, du droit des étrangers (sic), du droit des handicapés, du droit des pauvres, du droit des banques, du droit des Etats en Europe qui spolie bien souvent la souveraineté…

Bien évidemment le premier camp est composé des fans, que j’abhorre, du modèle judéo-islamo-chrétien de la famille, y compris les adorateurs nocifs et nuisibles de l’église Saint Nicolas du Chardonnet ou encore les radicaux islamistes, contre un second camp, ceux en faveur de ce type d'adoption.

Dans les années de l'après guerre, le modèle de la famille restait avant tout un père avec une mère et quelques rejetons. Force est de constater qu’aujourd’hui ce n’est plus vraiment le cas. La palette des possibilités s’est enrichie…

Je pense que toute personne raisonnée et raisonnable devrait, à un moment donné ou un autre de sa vie, se détacher de son éducation religieuse et aborder la question sous un angle logique.

En 2011, le nombre d’enfants naissant hors mariage était de 55,8 % (Wikipédia). Selon le centre d’observation de la société, le nombre de PACS n’a cessé d’augmenter depuis 2004, avec une nette diminution en 2011. A la benne donc l'inattaquable modèle judéo-islamo-chrétien.

Si quelqu’un m’avait demandé il y a deux ans si j’étais favorable au « mariage pour tous » et à « l'adoption pour tous », j’aurais dit clairement non. J'aurais aussi dit qu’il existe le PACS pour ça. Aujourd’hui, j'y serais plutôt très favorable.

Pourquoi un tel revirement ?
  
  • D’abord pour des raisons de droit constitutionnel
Article premier : « Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’Homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu’aux droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement de 2004. ». Article second : « La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ». Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. »

Déclaration des Droits de l’Homme : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. ». Du moins en théorie, vous savez ce que j’en pense dans la pratique…

Déjà, un peu naïvement : Les êtres humains ne sont pas catégorisés selon leurs préférences sexuelles.

Ne serait-ce que par la stricte application de cet article, la loi sur les droits revendiqués par cette minorité semble claire. Mais bon, les Droits de l’Homme ont été rédigés en 1789, la fin de l'esclavage s'est fini en 1848 et les femmes n’ont voté qu'en 1944. Certaines choses prennent du temps.
  • Ensuite parce que cette réalité existe déjà de manière clandestine
Il est des choses contre lesquelles la loi ne peut lutter. S’agissant d’adoption, arrêtons de nous voiler la face devant des réalités évidentes : Combien d’enfants sont dans ce genre de familles parce que le père ou la mère a tenté une vie hétérosexuelle avant d'admettre son homosexualité? Combien de ces gens se retrouvent actuellement avec des mômes, en couple, avec leur partenaire de même sexe.

Je pense qu'il faut protéger et donner un statut à ces enfants, qu’ils soient naturels ou adoptés affectivement par le/la compagnon. A la date d’aujourd’hui, ces enfants n’ont, en application stricte de la loi, qu’un seul parent. Qu’arriverait-il en cas de décès du parent légal ? Pouvons nous accepter de séparer des enfants du seul parent qui l’élève (décès ou abandon d’un des parents) sous prétexte qu’il n’a pas un père et une mère et le laisser être placé à la DDASS ? Et en cas d'accident, il faut attendre l'arrivée du « vrai » parent, le seul habilité à prendre des décisions médicales pour l'enfant?

Rappelons aussi les travaux des démographes Digoix, Festy et Garnier en 2004 et 2006 qui estiment leur nombre entre 50 et 100.000 enfants. Une paille, bien sûr…

Mais il est sans doute beaucoup plus confortable de fermer les yeux sur ces situations que d'y réfléchir et d'adapter les textes en conséquence.
  • Parce que les intégristes religieux me font hurler
A un moment il faudra aussi expliquer aux fanatiques qu’ils doivent arrêter de se faire laver le cerveau au point de faire croire que la « vérité » est contenue dans un livre d'histoires pour enfants comme la Bible, le Coran, la Torah et d'autres.

Ces gens nous auront apporté les croisades, l’inquisition, le ralentissement voir le recul des sciences, la nuit de la Saint Barthélémy, les chasses aux sorcières, les pro-life contre la pilule contraceptive, les manifestations contre la loi Veil, les fanatiques de l’islam et aujourd’hui Civitas…

Je lis des références à Adam et Eve, un homme et une femme, c’est fécond, donc c’est « normal » qu’ils aient des enfants. Oui bon, Inch’Allah. Mais alors il faudra aussi enlever les droits d’adoption aux couples hétérosexuels stériles et aux célibataires prétendus hétéros car, après tout, la voie de Dieu a parlé, et qu’aux dernières nouvelles Sapiens Sapiens ne peut se diviser de manière asexuée.

Quant au remarquable et pertinent argument : « c’est nature/contre-nature », j’aimerais que l’imbécile m’explique comment tout ce qui provient de la nature, peut devenir à un moment, par décret sans doute, « contre nature ». Idem sur la "supériorité" d'un schéma familial au détriment d’un autre.
  • Parce que ces familles ne sont pas nuisibles
Je lis dans la presse « le danger pour la santé psychologique de ces enfants élevés par des parents de même sexe ». Oui bon… Je constate que nous avons largement assez d'années de recul depuis que ces familles « recomposées, bizarres » existent et que, par contre, nous n’avons jamais réalisé d’études sur ce phénomène de société.

J’ai en tête deux exemples :
- Un voisin d’étage qui a quitté sa femme pour un homme après avoir eu deux enfants avec elle. Aux dernières nouvelles, sa descendance se porte très bien et je vois sous mon balcon évoluer une sorte de « famille de 4 adultes » ou trois hommes et une femme défilent avec 3 enfants parfaitement épanouis.
- Un couple de femme qui n’a pas attendu cette loi pour se faire inséminer en Belgique et qui aujourd’hui ont, elles aussi, 2 enfants. Là aussi, les deux enfants vont bien et l’un d’eux a même une année d’avance.

De là, donc, à évoquer le « principe de précaution », argument hypocrite, il faudra repasser…
  • Parce que les hétéros ne font pas mieux et que les homos non plus
C’est la fameuse courbe de Gauss: Il est peu probable que les statisticiens observent un déplacement statistique vers plus d’enfants malheureux dans les familles de même sexe. Des malheurs, des divorces, des parents qui battent leurs enfants sont statistiquement aussi probables dans chacune de ces populations.

Quand je vois le naufrage éducatif des parents hétéros, lesquels se reposent sur les institutions scolaires et sociales pour palier à un devoir qu'ils n'assument plus eux-mêmes, je me dis que les homos ont du travail pour faire pire.

Et des questions qui en découlent : Vaut-il mieux être élevé par un père et une mère qui battent leurs enfants ou se séparent? Les familles homoparentales seraient capables de pire? Les risques d’abus sexuels / corporels / psychologiques sont ils plus élevés dans ces catégories de population? Par ailleurs, pouvons nous dire qu’il n'existerait que des enfants épanouis chez les couples hétéros ? Certainement pas...
  • Parce que la notion de référent paternel et maternel ne veut rien dire
D’une parce que les concepts de psychologie sont des âneries. A force de conceptualiser trop d'éléments, les pédopsychiatres finissent souvent par ne plus avoir les pieds dans la réalité. Je lis dans la presse d’éminentes matières grises philosopher sur le concept de référent maternel ou paternel.

C'est effectivement une hypothèse émise par les psychanalystes mais qui n’a pas de réel fondement scientifique autre que leurs théories elles aussi non scientifiques et non prouvées. On ne peut pas réellement baser des changements de société sur ce qui n'est qu'une opinion non fondée - ou alors il va aussi falloir consulter les voyants, les naturopathes et autres astrologues.

D’autre part, un couple de même sexe est déjà sorti de cette norme culturelle, un des deux hommes est donc parfaitement capable d'assumer le rôle traditionnellement dévolu à la mère. Inversement pour les femmes qui remplissent le rôle du père.

Aussi parce qu’aujourd’hui dans de nombreux couples « hétéro » modernes, l'homme n’assume pas le rôle traditionnellement dévolu au père (autorité, frustration...), que la femme prends alors en charge. C’est l’inversion.

De mon côté, je trouve qu’un enfant trouvera toujours dans son entourage les personnes lui permettant de se construire : grands parents, tantes, école… Je ne pense pas que ces familles vivent en vase clos, du moins pas moins que les populations prétendues « normales ».

Enfin, rappelons que dans différentes peuplades du monde, le concept de famille se décline dans toutes les variations possibles, y compris des mécanismes où l'enfant change de parents selon son âge, où n'a pas d'autre parent que la collectivité (ce qui finalement ressemble à de l’orphelinat dans nos pays occidentaux)...
  • Parce que d’autres situations humainement comparables, légales, existent
Il faudra aussi que l’on m’explique en quoi c’est moins choquant d'adopter des enfants d’origine africaine ou asiatique par des caucasiens que de laisser deux femmes ou deux hommes faire la même chose.

Si nos technocrates pensent qu’il faille des référents de sexe opposé pour se construire sa personnalité, j’aimerais bien entendre sa défense pour un enfant noir qui cherche à se construire avec parents jaunes ou blancs. Et si la mère d’un couple hétéro venait à décéder, faudra t-il retirer l’enfant du père car il manque la « normalité » de la mère ?

Et que dire des familles recomposée qui deviennent presque la norme en toute légalité. Sommes-nous vraiment à ceci près ?
  • Parce que ces familles n’engendreront pas de lignées de même orientation sexuelle
A tous ceux qui craignent que ces enfants deviennent systématiquement homosexuels, je leur répondrai que dans ce cas, l’homosexualité ne devrait pas exister. N'avons nous pas tous été élevés majoritairement par des familles hétérosexuelles?
  • Parce que ces familles ne sont pas perverses
Des commentaires de certains suggèrent d’introduire par la même occasion des droits sur le nudisme, la polygamie, la zoophilie. Mais de quoi parlent ces gens!?? Comment peuvent ils être aussi stupides et amalgamer des concepts aussi hétérogènes ?

A moindre degré de perversion, ces familles n’ont pas tous une vie sexuelle débridée. Certains ont des valeurs de respect qu'ils souhaitent transmettre et de l'amour à revendre (courbe de Gauss, rappelez-vous). Je pense, j’espère, qu’il ne s'agit en aucun cas d'avoir un enfant objet, mais d'élever (avec tout ce que çà comporte) dans un environnement épanouissant. Du moins ils essayeront, comme les couples hétéros le feraient.

Je constate aussi que dans la Capitale, beaucoup d'enfants sont élevés dans des familles homosexuelles ou homoparentales sans pour autant être tous détractés ou complètement azimutés.
  • Parce qu’un référendum ne sert à rien
Les français ont voté pour un tocard, malheureusement, c'est mon avis. Pourquoi alors faire un référendum sur ce sujet particulier? Il a bien été élu par le peuple, pour le peuple, sur son programme? 

Pourquoi ne pas faire de référendum sur les 30 milliards d’impôts levés hier dans l’après midi par le Parlement? Avons-nous fait un référendum sur l'abolition de l'esclavage, le droit de vote des femmes ou pour l’IVG?

Les français ont choisi, qu’ils assument leurs choix.
  • Parce que ce qui se passe chez mon voisin ne me regarde pas
Toujours dans la continuité du référendum, devons nous demander à Mme MICHU dans le Gers et à des retraités de Nice leurs avis sur le droit de Karine et de Sandra pour adopter ou d’élever avec une responsabilité commune leurs enfants ? 

Elle serait bien bonne en tout cas. Non, non…
  • Parce que d’autres pays ont franchi le cap et ne semblent pas meurtris
Faut-il encore les rappeler?

Allez, l'adoption de ce genre nouveau est légale en Argentine, en Uruguay, en Australie (western Autralia et ACT), au Brésil, au Canada (Colombie-Britannique, Manitoba, Nouvelle-Écosse, Ontario, Québec, Saskatchewan, Terre-Neuve-et-Labrador et territoires du Nord-Ouest), aux États-Unis (oui, oui!) notamment en Californie, au Massachusetts, au New Jersey, à New York, au Nouveau-Mexique, dans l’Ohio, à Washington, dans le Vermont, et au Wisconsin mais aussi en Europe, en Belgique, au Danemark, en Espagne, aux Pays-Bas, en Suède, au Royaume-Uni et en Norvège.

La double parentalité, elle, est légale en Alberta (Canada), en Allemagne, en Islande, en Israël et en Tasmanie (Australie).



Je crois en fait que ...
 
Ce monde manque d’amour

Un enfant a besoin d’amour pour grandir. De rien d’autre. Des sourires, de l'éducation, du soutient...

A la marge de ce projet de loi, je serais très en faveur pour revoir les règles d'adoption qui sont dans des dédales administratifs insondables. La rigidité, si absurde, s’oppose à des enfants en danger et laissés en pâture à leurs parents naturels.

Rappelons le fond, le cœur de cette discussion: l'adoption n'est pas un droit comme le droit de propriété, il n'est pas une affaire d'opinion ou de religion, c'est avant tout le droit pour un enfant d'être élevé dans de bonnes conditions.

Autant je trouve que le mariage n’est pas ma marotte. J’ai pu me « pacser », « faire famille » comme dirait Mme BERTINOTTI, il y a 7 ans et cela m’a convenu. Mais je comprends aussi que le mariage est une notion importante pour d’autres personnes.

Donnons à « ces gens », des Français comme vous et moi, les mêmes droits que la population majoritaire. 

La société évolue, les mœurs également et ce droit ne viendra pas empiéter sur les droits de la majorité. Et pour la cerise? Cela ne coûte presque rien à l'état (pour une fois!)