mardi 29 janvier 2013

Le non-cumul des mandats passe aussi par là mon pote


Bien, maintenant que la République clôture le dossier du mariage pour tout le monde –sujet oh combien utile et essentiel au bon fonctionnement de nos institutions-  un nouveau chantier s’ouvre : le cumul des mandats.

Dans tout le fatras de promesses aussi improbables qu’intenables dans le dossier de campagne de Flamby se trouve le dossier de la suppression des cumuls de mandats électifs (l’engagement No 48 pour les plus pinailleurs). Cet engagement est un véritable serpent de mer : nous l’évoquons depuis des années. Avant d’arriver à une loi, envisagée « bisoutement » pour le 15 septembre, nous savons déjà qu’à peu près tous les députés et tous les sénateurs seront vent debout contre cette remise en question d’une partie de leur belle grosse gamelle.

A commencer par le plus gras d’entre eux : François REBSAMEN « député maire » de la ville de Dijon. Les arguments du député laissent coi. Car oui  d’une part, le sénat ne peut se passer du cumul parce qu’ils sont élus par des maires et des adjoints et d’autre part, le sénat représente les collectivités locales donc bon voilà, tu comprends ? Chers lecteurs, si vous avez l’impression que ces arguments ont un goût de carton-pâte, c’est normal : c’en est.

Et puis, rassurez-vous : cette fronde socialiste n’est pas unique puisque s’ajoute les malheureux cumulards des radicaux de gauche, des centristes et d’une bonne partie des têtes à claque de l’UMP. La laine du mouton est trop douce. Car c’est bien, encore une fois, de pognon qu’il s’agit. Si vous n’êtes pas convaincus de leurs émoluments, venez par .

Alors bien sûr, l’élu utilisera toute la batterie des arguments périphériques et il jouera à fond sur cet émotionnel qui constitue depuis longtemps le fonds de commerce de l’action politique en France, loin des froids raisonnements comptables de bon sens qui verraient qu’il y a, dans ces si nombreux cumuls, matière à économies tangibles bienvenues en ces temps de disette. Je me rappelle du discours quasi-lacrymal de M FASQUELLE, « député-maire » du Touquet, qui vise à combattre le méchant antiparlementarisme et la vilaine désinformation, notamment sur tous ces interwebs pleins de lolcats douteux.

Vous savez, cette proximité du député qui touchera plus de 6000€ net d’indemnité (salaire médian en France : 1675€). Cette proximité qui donne au député une voiture avec chauffeur, gyrophare et cocarde, pour ses déplacements parisiens. Cette proximité qui lui octroie l’accès gratuit au réseau de transport parisien de la RATP, et des voyages en train remboursés à concurrence de 3000€ par an. Cette fameuse proximité des députés qui leur permet de bien comprendre les problèmes du peuple dont ils sont de moins en moins issus (sur 577 députés, les employés et les ouvriers sont présents à l’état de… traces dignes des terres rares dans le tableau périodique).

Pleurnichons avec M FASQUELLE, lorsqu’il nous dit, l’œil humide de larmes contenues : Il faut défendre les élus. Il y en a assez d’être attaqués et de voir circuler sur Internet des informations inexactes. On réagira à chaque fois. Il y a un travail de pédagogie à faire sur la fonction d’élu, et des relents d’antiparlementarisme qu’on veut combattre. On ne dit pas que tout est parfait, on sera aussi force de proposition. Mais, mon brave ouistiti, si tu trouves si difficile d’être élu, rend donc ton tablier! Bizarrement, je suis sûr que pour ce si délicat travail, pas mal se bousculent déjà à l’idée de prendre ta place! Et avant d’essayer d’étouffer les vilaines « rumeurs » qui détaillent ce que les élus cumulards se mettent en poche sur le dos des contribuables, tu devrais te poser la question de savoir pourquoi vous êtes si mal considérés du peuple. Tu devrais tenter de comprendre pourquoi les gens grognent et versent dans l’antiparlementarisme, au lieu de faire ta ridicule cellule de riposte. Eh oui, le monde n’est pas aussi bisou que prévu. Mais cherche plutôt les causes, au lieu de t’attaquer aux symptômes d’une déliquescence déjà avancée. Essaye de comprendre pourquoi les gens en ont plus qu’assez de voir que vous, parlementaires, roulez d’abord et avant tout pour vous même.

Ainsi, prenons par exemple le débat sur l’exercice des mandats locaux, dont on peut lire le texte initial sur le site du Sénat, et la proposition de loi elle-même ici, actuellement en discussion et qui propose (art.1) l’extension de l’indemnité de fonction aux délégués des communautés de communes, l’abaissement (art.2) de 20.000 à 10.000 habitants le seuil pour les droits à suspension du contrat de travail, et le reste qui, par exemple, double la durée de perception de l’allocation différentielle de fin de mandat de 6 mois à 12 mois. Tout ceci sent bon les améliorations de votre niveau de vie, mais on a bien du mal à trouver là mesure d’austérité ou d’économie. Tu sais, mon pote (je te tutoie, mais tu sais être proche du peuple, n’est-ce pas), que ces largesses-là se traduiront mécaniquement par des taxes, des impôts ou des dettes supplémentaires ? Tu sais donc, mon cher FASQUELLE, que tout ceci va encore coûter de l’argent et du pouvoir d’achat à ce peuple que tu entends éduquer sur le parlementarisme ?

Et puis, tant que tu y es, tu feras quoi pour éduquer les Français au sujet des dettes dont sont percluses leurs communes? Tu feras comment pour leur expliquer que tous ces impôts, ces dettes, sont précisément liées aux promesses de ces élus, dont beaucoup sont, justement, cumulards et ajoutent la dépense locale à la dépense nationale ?

Et puis tu sais mon ptit Dany, il suffirait de peu de choses pour donner aux Français un signe clair. Par exemple, avec quelques coupes bien précises dans tes indemnités, tu ferais un carton : 65 millions d’heureux d’un coup (pour seulement 7200 malheureux, au maximum), et en plus, cela ferait 600 millions d’économies au moins. Par exemple, tu pourrais plutôt, toi et tes petits camarades de lutte anti-anti-cumul, te fendre d’un bon texte de loi bien solide pour plus de transparence à l’Assemblée, histoire que le peuple sache enfin ce que vous faites avec les magnifiques projets nationaux que vous protégez avec tout cet argent.

En réalité, le cumul des mandats permet très clairement à la représentation nationale d’avoir un pouvoir local qu’elle pourra négocier (souvent contre avantages physiques, financiers, ou relationnels). Ce cumul entraîne mécaniquement des dépenses supplémentaires, qui grèvent un peu plus chaque jour les finances nationales. Inversement, le non-cumul entraînera un morcellement important des responsabilités et des jeux de pouvoirs, et, au vu du track record catastrophique de l’Assemblée, je ne vois pas comment la subsidiarité induite sera un mal.

La lutte des cumulards pour conserver leurs acquis est quasiment pornographique lorsque la plupart des Français doivent maintenant se serrer la ceinture. Elle est en tout cas indigne d’une démocratie qui se gargarise de son équité et de son égalitarisme.

jeudi 17 janvier 2013

Pédalo dans le terrier du renard islamiste


Le Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) a été créé suite à la fusion de groupes touaregs notamment Libyens après la chute de KADHAFI. Ce groupe souhaite l’indépendance de la région (qu’ils ont d’ailleurs proclamé, je crois). ANSAR EDDIN, grand défenseur de la religion, quant à lui souhaite imposer la Charia. AQMI enfin, est issu d’un groupe salafiste algérien qui prêta allégeance à BEN LADEN. Et de citer deux autres groupuscules, BOKO HARAM au Nigeria et le MUJAO. Bref… #fanatiques. A date en tout cas, ANSAR EDDIN contrôle 5 aéroports et 3 métropoles du Nord : Gao, Tombouctou et Kidal où la charia est imposée de force.

C’est dans ce terrier à multiples galeries que capitaine Pédalo vient déployer sa stratégie d’attaque pour neutraliser le vilain renard Islamiste afin d’empêcher la création d'un état fondamentaliste islamiste au Mali, préserver « la démocratie », le respect des frontières et annihiler cette plaque tournante de trafics.

Evidemment je ne peux que soutenir la démarche d’aller guerroyer contre ces groupes composés de barbares qui, sous prétexte de convictions « religieuses », exécutent toute personne dont le comportement et les croyances ne sont pas conformes aux leurs, coupent les mains des voleurs et éliminent par lapidation toute femme un peu trop (trop quoi d’ailleurs ?). C’est aussi maintenant qu’il faut étouffer le bébé avant que ce dernier, devenu monstre, ne vienne s’exporter aux frontières européennes.

Mais qui peut vraiment croire que la France ne s’engage QUE pour cela ? En réalité, il s'agit surtout de sécuriser l'approvisionnement des centrales nucléaires en uranium qui est extrait dans les mines du nord du Niger et de faire main basse sur les ressources du sous-sol Malien.

Cela permettra sans doute aussi à AREVA de renouer avec des prix bas pour payer « les services rendus » par la France à sécuriser la région ». Des 106 €/kg d’uranate elle repassera peut être à 32 €/kg comme cela fut le cas pendant des années.

Enfin, s’il s’était avéré indispensable d’apporter une aide militaire à la CEDEAO, dont certains spécialistes affirment que son efficacité militaire relève du même niveau que la guerre des boutons, c’est au mois de janvier 2012 qu’elle aurait dû avoir lieu, en appuyant les Touareg contre les groupes islamiques qui, à l’époque, totalisaient moins de 300 combattants et avaient commis l’erreur de sortir de la clandestinité désertique pour se rassembler à Gao et à Tombouctou. Aujourd’hui, l'intervention devra faire face à une coalition armée réunie, alors qu’hier encore, les factions salafistes s’affrontaient entre eux, sur l’ensemble d’un territoire désertique très vaste.

samedi 12 janvier 2013

Ce dimanche, la haine défile à Paris


Pensant passer un samedi soir tranquille devant la télévision, je me suis  arrêté par hasard sur l’émission de Monsieur Laurent RUQUIER : « On n’est pas prêt de se coucher ». C’était sans compter sur la qualité des intervenants politiques notamment Madame Caroline FOUREST et Madame Frigide BARJOT. Je suis sorti médusé du débat et j’hésite encore à laisser une cuvette à côté de mon lit au cas où, si je repensais au débat, j’aurais encore une envie de gerber.

D’abord quelques remarques générales à Madame BARJOT grâce à qui j’ai enfin pu régler les problèmes de couleur de ma télévision. Il faut dire que cette couleur « rose truie », façon Pimkie, était d’un éclatant remarquable. Ses cheveux valaient aussi le détour. En 30 minutes, ils ont su graisser à une telle vitesse qu’on aurait dit un cornet de churros. Sans parler de ses magnifiques cuissardes dont je ne pourrais qualifier les formes et les couleurs tellement c’était vulgaire. On aurait dit une prostituée. J’avoue avoir du mal à m’imaginer cette femme en train d’élever (tiré du mot « élevage » et non « éducation ») ses enfants. Quelle belle égérie aussi pour tous ces catholiques qui la soutiennent et acceptent d’être représentés par elle. Bravo.

Maintenant sur le fond, de citer des verbatim qui m’ont ahuri :

BARJOT : Cette loi crée une nouvelle catégorie d’enfants nés de deux hommes ou de deux femmes à qui on fera vraiment croire qu’ils sont aimés,
BARJOT : A moyen terme les femmes auront la possibilité de se faire inséminer … au risque de se faire féconder de leur propre père. Dans les faits, j'avoue que c'est déjà un peu vrai dans les conditions actuelles de la PMA,
BARJOT : "Le mariage pour tous conduira tôt ou tard à épouser son père, son cousin ou son frère". Qu'elle aille donc demander ce qu’en pense Madame Christine BOUTIN,
BARJOT : "Le mariage organise la filiation". C’est vrai, surtout pour les enfants utérins d'ailleurs ou encore pour les actuelles adoptions plénières,
FOLY : "L'homosexualité a fait partie de ma vie. Mon père se déguisait en femme". Visiblement l'abus d'alcool nuit au point de confondre le débat avec le travestissement. Pathétique.
BARJOT : "La Loi TAUBIRA est la porte de l’inceste". Sans commentaire.
BARJOT : "La sexualité se résume à un homme qui rentre dans une dame". Je pensais plutôt aux cigognes, bon...,
BARJOT : "Les couples stériles sont malades" mais peuvent "quand même se marier"! Sympa !
BARJOT : "Le mariage ne sert QU'A la conception d'un enfant". Par contre, "si tu ne peux pas concevoir et que t'es hétéro, c'est Ok quand même".
BARJOT : "Aujourd'hui, la PMA pour hétéros permet, avec la bénédiction de l'Etat, de mentir à sa progéniture sur sa conception".
Et de citer ses théories en parfaite méconnaissance –avouée– sur les lesbiennes, affirmant, en effet, qu'elle ne connait « que les garçons ». Promis demain je vous fais un post sur la sécurité des réacteurs thermonucléaires.

Tout ceci pour dire que ce que je crains le plus c’est que cette manifestation, prévue aujourd’hui, dirigé par Madame BARJOT et qui se définit comme une « catho branchée et déjantée » ou encore comme « l’attachée de presse de Jésus », et de l’institut CIVITAS, mouvement de catholiques intégristes, présidé d’une main de fer par le Belge Alain ESCADA, ne finisse en manifestation de l’intolérance et de la haine qui défilera dans les rues de la capitale ! Cela me fait d’ailleurs penser que l'église n’a jamais appelé à manifester contre l'esclavage, l'holocauste, l'apartheid, ou la pédophilie

De rappeler enfin que de nombreux ténors de la droite, dont Monsieur Jean-François COPE, ainsi que des représentants des principales religions (christianisme, judaïsme, islam) manifesteront aussi, de même qu’une délégation FN. N’oublions pas non plus d’autres mouvements d’extrême droite radicaux : l’Action française, le Bloc identitaire, le Renouveau français, l’Œuvre française, les Jeunesses nationalistes, le GUD… Et la liste est loin d’être exhaustive ! Avez-vous vraiment envie de vous mêler à tout ce petit monde peu fréquentable ? Le collectif « La Manif Pour tous » prétend que cette manifestation est « apolitique », « aconfessionnelle » et contre l’homophobie… Ah oui, vraiment ?! Un mensonge de plus pour attirer un maximum de personnes !

Bien entendu, avec le mariage c’est l’adoption qui deviendra possible. Franchement et alors ? Qu’est-ce qu’on s’en cogne ? Les gays et les lesbiennes feront-ils de mauvais parents ? Un enfant qui est attendu et espéré fera l’objet de toutes les attentions de la part d’un couple, cela ne fait aucun doute. J'espère aussi que les parents qui manifesteront demain avec leurs enfants s'assureront que ces derniers resteront bien hétéro (quoique…).

En tout cas, je souhaite féliciter Monsieur Marc LAVOINE qui semble avoir un fonds de commerce qui me plait : une troublante gentillesse. Il a fait preuve d’humanité avec une sensibilité certaine bordée d’une intelligence fine. 

Bravo aussi à Madame Caroline FOUREST pour avoir tenté un débat avec une folle dingue qui ne tenait pas un seul argument valable... Elle a réussi à elle seule à détruire la bêtise.

Quant à la manifestation, elle n’est pour moi qu’un prétexte pour raviver des clivages et faire de faux procès afin de rallumer des bûchers qui semblent éteints depuis longtemps! Ces imbéciles feraient mieux de manifester intelligemment contre la hausse inexorable du chômage. Bref, cette France me fait parfois honte.

vendredi 11 janvier 2013

Oh l'andouille


On pouvait espérer quelques belles surprises et quelques sourires en coin au seuil de cette nouvelle année hollandaise. Sitôt dit, sitôt fait, on est servi ! Dans le flot de lois, de réformettes et de projets, accouchés par le pouvoir en place, deux déjà prêtent franchement à rire : la fameuse taxe à 75% et la toute récente annonce de réforme du conseil constitutionnel. Curieusement, les deux sont d'ailleurs liées, par l'absurde si je puis dire...

La première fit grand bruit, grâce à l'affaire DEPARDIEU qui s'ensuivit, transformant aux yeux du monde entier, notre déjà piteuse république, en carnaval burlesque mais un tantinet humiliant. Elle révèle évidemment une incroyable impréparation du gouvernement, mais elle démontre surtout l'inanité de ses forces législatives et exécutives. Alors qu'il détient la quasi totalité des pouvoirs – ce qui ferait honte à n'importe qu'elle démocratie digne de ce nom – il parvient encore à achopper sur une loi anodine, dont son chef d'escadrille avait pourtant fait le fer de lance de toute sa politique. Terrifiant !

Le Président de la République avait-il en tête de punir le Conseil Constitutionnel pour ce camouflet, lorsqu'il annonça en guise de voeux son intention de le réformer ? Comme toujours, la mollesse naturelle du personnage était amidonnée par le costume étriqué, enserrant la carcasse grassouillette de notable, et le caractère intrépide du discours :
"J'entends mettre fin au statut de membre de droit du Conseil Constitutionnel des anciens présidents de la République". (Crac, boum!...)
Il est bien difficile d'affirmer ce que furent les intentions du vicaire en chef de l'église socialiste en faisant cette déclaration d'importance dérisoire (en eut-il vraiment ?), mais en tout cas le résultat est des plus comiques. Vu qu'il ne peut donner, comme il l'a reconnu lui-même, un caractère rétroactif à ce genre de mesure, le seul risque est qu'il soit la seule personne à être touchée par elle... Il faut espérer donc que cette fois, il saura convaincre le Congrès de l'entériner !

Puisqu'il vaut mieux rire de nos malheurs, je ne peux résister au plaisir de proposer deux liens vers de récentes et hilarantes interventions de Fabrice Luchini à propos de l'hypocrisie socialiste.... Chez le crémeux Kerdu, fin 2011, et dans l'émission C à vous sur la 5, plus récemment.

Extrait du blog - http://libertylovers.blogspot.fr/

Leçons de morale sur le sang contaminé



En voilà une qui a raté l'occasion de se taire lors de ce saoulant débat sur le mariage. Mais voilà que Mme DUFOIX vient tapisser le paysage médiatique pour nous donner son avis contre le projet de Loi. 

Personnellement elle aurait pu avoir la décence de ne pas communiquer son point de vue sur le sujet, vu son sulfureux passé... La voir s'indigner après une manifestation d'Act-Up qui a déversé des litres de sang (artificiel) sur le parvis de l'endroit où elle donnait sa conférence relève de mon plus grand étonnement. Après tout, elle l'a un peu cherché, à moins qu'elle ne soit complètement inconsciente ou ... idiote (ce qui potentiellement ne m'étonnerait pas d'un socialiste).

Rappelons que cette "vieille peau" de MITTERAND est mêlée à l'une des plus triste histoire de la République: celle du sang contaminé. Elle est aussi l'auteure de la sombre expression "Responsable mais pas coupable".

Si l'occasion m'était donné de la corriger, je dirais plutôt: Irresponsable, ET coupable ET inconsciente, tryptique parfaitement incompatible avec ce que l'on attend d'un ministre.


Aussi avant d'aller faire le guignol devant les caméras pour ce foutu mariage qui commence à me les pomper, il aurait été de bonne nature de faire acte de repentance A VIE. Car si la justice semble l'exonérer -comme FABIUS d'ailleurs- il n'en reste pas moins vrai que c'est précisément elle qui a continué à tolérer le prélèvement de "sang à risque" sur les populations carcérales et homosexuelles alors qu'elle savait déjà que le sang était frappé d'un mal que l'on avait pas identifié. C'est encore elle qui, en 1985, n'a pas hésité à faire une conférence de presse pour vanter les mérites d'un traitement inédit, à base de cyclosporine, alors qu'aucune étude n'en démontrait le sérieux. Et c'est encore elle qui avait sciemment retardé la mise en place du dépistage systématique des lots de sang (le test américain du laboratoire ABBOT était prêt mais je suppose qu'elle voulait favoriser le test de PASTEUR qui était toujours en cours d'élaboration).

Quel formidable expression du principe de précaution. Allez demander aujourd'hui ce qu'en pensent tous les gens séropositifs, qui bouffent des antirétroviraux et craignent l'immunodépression. Des milliers d'hémophiles ont été envoyés à la mort (SIX MILLE personnes au total).

Sans parler d'un autre scandale dont elle fut mêlée et magiquement exonéré: l'affaire TRAGER/FONAR où elle fut accusée d'avoir touché une commission de 800.000 francs (de 1985) pour avoir facilité l'acquisition d'une IRMN pour le compte du ministère des Affaires sociales via René TRAGER, son négociateur. Accusations qui ne purent aboutir faute de preuves qui miraculeusement disparurent sous le gouvernement socialiste de l'époque à la sauce "pschit" des billets d'avion de Monsieur CHIRAC.

Enfin, de souligner sa décision de démissionner de la Croix Rouge, avec quelques autres têtes roses "bien pensantes", toutes hauts fonctionnaires suite à l'affaire HABACHE, un cruel chef terroriste qui, victime d'une attaque cérébrale s'est vu refuser son hospitalisation en France.

Elle pourra toujours se consoler avec son blog de prière pour les candidats qu'elle a lancé lors de la campagne présidentielle de 2007. Comme quoi la conversion à une religion mène à toutes les âneries.

En tout cas, toutes mes félicitations à cette héroïne, grande gagnante de l'échappement judiciaire! Elle mérite à minima une statue ou le baptême d'une rue parisienne à son nom. Nul doute que cette gauche gluante et dégoûtante ne lui concède toutes les gloires qu'elle mérite.

jeudi 10 janvier 2013

La haine n'est pas une valeur familiale



Au gré des pages internet, je lis divers articles à la faveur ou en défaveur du mariage pour tous. Personnellement je reste assez indifférent sur le débat même si je m’étais exprimé sur le sujet par le biais d’un de mes articles. En revanche, j’aimerais contrer l’argumentaire de certains conservateurs et réacs qui prétendent que cette Loi serait anticonstitutionnelle.

Déjà de rappeler la portée du pouvoir du Conseil Constitutionnel: A la différence de nombreux pays Européens, notamment la Cour Constitutionnelle Allemande de Karlsruhe et la Cour Suprême des États Unis, le Conseil Constitutionnel est avant tout une juridiction politique composé d’anciens présidents élus (un cadeau de DE GAULLE à COTY ?) et de maximum 9 personnes nommées équitablement par le président de la République, du Sénat et de l’Assemblée Nationale. Ce Conseil peut s'imposer aux pouvoirs publics et à toutes les autorités administratives et juridictionnelles en jugeant non seulement la constitutionnalité ou la non-constitutionnalité des lois, mais peut aussi les interpréter. Ce n’est pas le cas des autres Cours Suprêmes qui, moins colorées politiquement, n’ont pas le pouvoir d'interpréter les Lois (et de faire respecter leurs décisions). Aussi, en France, le Conseil pourra « juger » une Loi dans son « contexte sociétal » et de sa réalité sur « le terrain », et de constater, par exemple, qu'il existe déjà des enfants avec deux mères, dont l’une est biologique et l’autre la compagne de la première. J'en profite aussi pour rappeler que les autres Cours Suprêmes ont en général une approche pragmatique (à partir d'un litige par exemple) du contrôle de constitutionnalité là où l’instance française se définit par une approche plutôt théorique.

Sur le plan technique, les détracteurs peuvent invoquer l’inconstitutionnalité de la Loi en érigeant un caractère sexué au mariage par le biais d’un Principe Fondamental Reconnu par les Lois de la République (PFRLR). Sauf que tous les PFRLR consacrés jusque-là ont permis la promotion de nouveaux droits et libertés notamment celle de la liberté d’association, des droits de la défense ou de la liberté de l’enseignement. C'est le principe du « Pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui… À l’inverse, l’affirmation du caractère hétérosexué du mariage s’inscrit plutôt dans le registre de l’interdit voire, selon certains, de la discrimination. Alors pourquoi espérer que le Conseil changera ses habitudes en constitutionnalisant le caractère sexué du mariage, surtout que les Sages se sont déjà exprimés sur la question l'année dernière, alors qu'ils étaient saisis par un couple de femmes souhaitant se marier. Rappelons qu’à l’époque ils ont jugé que « la différence de situation entre les couples de même sexe et les couples composés d'un homme et d'une femme peut justifier une différence de traitement quant aux règles du droit de la famille » - jugement confirmé par la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Aussi, il autorise une inégalité devant le mariage entre les homosexuels et les hétérosexuels, mais se dédouane de toute responsabilité.

Par ailleurs, invoquer le caractère hétérosexué du mariage par le biais du Code Civil pour graver dans le marbre un PFRLR est une hérésie puisque ce dernier ne dit, en fait, rien sur l'obligation d'être hétérosexuel pour se marier. Ni la Constitution de 1958, ni la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, ni le préambule de la Constitution de 1946. A part quelques décisions « delphiques » d'Oracles, pardon, de Cours de cassation isolées...

Allons encore plus loin: Qui nous dit que le Code Civil, qui régit la famille, est républicain? Rappelons que ce dernier a pendant longtemps maintenu des inégalités et fait l’objet de vastes débats entre constitutionnalistes qui rappellent que ce dernier date de l'Empire (1804) et non de la République et de ses principes...

Quoi qu'il en soit, la politique du Conseil constitutionnel a été, et reste toujours, de laisser au législateur une marge de manœuvre. Il répète souvent qu'il n'a pas le même pouvoir d'appréciation que le législateur. Or, constitutionnaliser une règle (un PFRLR donc), conduit à la soustraire au législateur.

Aussi, si le mariage pour tous devrait être validé, le vrai débat se situe juste derrière avec la procréation médicalement assistée (PMA) et la gestation pour autrui (GPA). Si la PMA et la GPA sont votées, le Conseil pourra-t-il les censurer ? Ces droits créent ils une rupture d'égalité?

La PMA est, à date, déjà régie par le Code de la Santé Publique et autorisée pour les couples hétérosexuels connaissant des problèmes de fertilité ou risquant de transmettre une maladie grave à leur enfant. Si elle est étendue, la condition médicale n'existera pas pour ces dernières. Créant ainsi une forme d'« injustice », puisque les femmes hétérosexuelles n'y ont accès que dans un but thérapeutique alors que les lesbiennes pourront y avoir recours comme elles le souhaitent. Une femme hétérosexuelle pourrait ainsi vouloir « avoir un bébé quand elle veut comme elle veut » et se voir refuser la PMA à laquelle une homosexuelle aura, elle, droit. Pour éviter cet écueil, le gouvernement pourrait choisir d'ouvrir la PMA à toutes les femmes, quelle que soit leur appartenance sexuelle, qu'elles vivent en couple ou soient célibataires, comme en Belgique, en Espagne ou aux Pays-Bas. Dans cette hypothèse, cela se complique, car ouvrir la PMA à toutes crée automatiquement une situation d'inégalité par rapport aux hommes et rend donc, à nouveau, la Loi inconstitutionnelle, sauf à autoriser la GPA. Il est intéressant de noter ce qu’ont fait les autres pays qui se sont engagés dans cette voie par rapport à cette problématique : tout a été légalisé; mariage, adoption, PMA et GPA comme par exemple au Canada, aux USA, dans la Sainte Espagne, le Royaume Uni, l'Ukraine et même l'Inde! C’est aussi la raison pour laquelle, même si le gouvernement est actuellement hostile à la GPA, plusieurs spécialistes du droit estiment que ce « refus » ne tiendra pas longtemps. Reste à clarifier du coup le principe « d'indisponibilité » du corps humain régit par les Lois Bioéthiques...

En fait, je crois que le sujet est finalement plus éthique et philosophique que strictement juridique: légaliser le mariage, la PMA et la GPA tout revient à sortir d'une logique biologique de la reproduction pour entrer dans l'ère, peut-être, de la procréation artificielle. A méditer donc...



mercredi 9 janvier 2013

Gauche haineuse : l’esprit sans-culotte est-il en train de ressurgir en France ?



1 - Mort aux Gros, aux Riches, aux Emigrés ! 

Avec force démagogie, Lui-Président, pour se donner un vernis de gauche lors de sa campagne électorale, avait dénoncé le monde de la finance et agité la menace d’un impôt confiscatoire sur les hauts revenus. Que la République française ne puisse désormais payer ses fonctionnaires qu’en s’endettant auprès de cette finance honnie ne lui posait aucun problème pourvu que cette triste réalité n’affleure pas l’esprit de son électorat.

Il n’en fallait pas davantage pour faire oublier sa genèse politique : le delorisme bon teint des énarques carriéristes ayant misé sur la gauche au début des années 1980. Cette petite manipulation lui permit de circonscrire efficacement MELENCHON à une embellie sondagière sans prolongement dans les urnes. Une chose était sûre : les diatribes contre les possédants rencontraient un joli succès dans les meetings.

Mais la boîte de Pandore était entr’ouverte et, confronté à une hausse inexorable du chômage et de son impopularité, HOLLANDE voit croître désormais, parmi ses soutiens de plus en plus déroutés, un sentiment anti-riches qu’il ne contrôle plus. L’affaire DEPARDIEU en est le symptôme évident et l’on aurait finalement tort de ne pas la prendre au sérieux. La haine des "possédants" devient en effet la planche du salut psychologique d’un "peuple de gauche" qui se sent menacé par le monde tel qu’il devient.

Tout a singulièrement commencé. L’octroi par POUTINE d’un passeport russe à l’acteur français était un camouflet pour HOLLANDE mais aussi pour tous les partisans de sa recette miracle, faire payer les riches. Malédiction : ces ploutocrates peuvent vraiment s’en aller ! Alors que, dans un premier temps, le Monde, le Nouvel Obs et Libération avaient tenté de minimiser le symbole et n’avaient placé l’affaire du passeport qu’en sujet annexe, sur leurs sites Internet la marée des commentaires montrait à quel point leurs lecteurs, eux, brûlaient d’en découdre : près de 2737 "posts" sur Libération.fr en quelques heures.

Il est intéressant d’écumer ce flot de haine et d’acrimonie. Plusieurs thèmes dominent : il faut confisquer les biens de ces émigrés, boycotter leurs œuvres, ils sont gros et gras, dépravés et alcooliques, ce sont des traîtres à la patrie, un procès s’impose.

Mots pour mots, on retrouve les écrits et éructations des Sans-culottes contre leurs adversaires politiques, d’abord les royalistes et autres tenants de l’Ancien régime puis tous ceux qui ne partageaient pas leurs penchants. Du Monde à Libération, les réactions sont peu ou prou les mêmes : comme en 1793 les "accapareurs", les horribles nantis d’aujourd’hui sont la cause de tous les maux de la France.

Reconnaissons-le, POUTINE est certainement un dirigeant aussi peu recommandable que CHAVEZ, que beaucoup à gauche respectent et même admirent. Il est le chef d’un régime pétro-autoritaire qui se maintient au pouvoir grâce à la rente que les matières premières lui procure abondamment. Ni plus, ni moins.

Longtemps pourtant, la gauche française n’a guère trouvé à s’indigner du nouveau régime russe. Michaël KHODOSKOVSKI, son opposant emblématique, est en prison depuis bientôt dix ans et les protestations sont quasiment inexistantes. Pourquoi se battre pour la liberté d’un homme d’affaires ? Après avoir soutenu ou toléré la dictature communiste en Union soviétique, après tout, il n’y avait que peu de légitimité et d’intérêt à dénoncer l’autocrate du moment. A contrario, il a suffi que POUTINE délivre un passeport à DEPARDIEU pour que soudain la longue liste de ses méfaits envahisse les colonnes de la presse bien pensante.

Ce ne sont que bile et ressentiment d’internautes frustrés, objecterez-vous. Certes. Mais leur masse est insistante et impressionnante. Et surtout on entend, deci delà, des idéologues, dignitaires, hiérarques et bureaucrates du nouveau régime entonner le même refrain. Les exemples abondent et nous n’en prendrons que quelques uns.

Dans la catégorie des folliculaires, l’inénarrable Bruno ROGER-PETIT, mordeur de mollets pour le Nouvel Obs, y va de magnifiques dénonciations : " On veut défendre la liberté d'entreprendre, dénoncer le matraquage fiscal et un jour, on se retrouve à défendre un acteur à la dérive béatifié par Vladimir POUTINE. La belle affaire, le beau bilan. Et tout cela pour le plaisir de haïr François HOLLANDE et la gauche au pouvoir. S'il s'en trouve encore, après cette irruption de POUTINE et son funèbre cortège d'atteinte aux droits de l'homme, des COPE, NKM, DENEUVE et autres ELMALEH pour venir, face aux Français, défendre l'indéfendable citoyen DEPARDIEU de la Russie de POUTINE, ce sera bel et bien le signe que la droite française n'est plus seulement décomplexée, mais folle. Et bien moins authentiquement française qu'elle le prétend. " L’amalgame le dispute à l’accusation de folie et de trahison à la patrie, à quand l’appel à l’enfermement ?

Chez les politiciens, on retiendra les vœux de Pascal CHERKI, député socialiste et maire du 14ème arrondissement de Paris qui, fin 2011, s’était contenté de faire payer aux contribuables parisiens une carte les appelant à voir la vie en rose, clin d’oeil appuyé aux échéances électorales imminentes.

Cette fois, il va jusqu’à écarter de ses souhaits de bonne santé et prospérité le Medef et les exilés fiscaux qui ne méritent que son "mépris républicain". Après quelques années passées comme avocat défendant des associations lourdement subventionnées telle Sos Racisme, dont il devint membre des instances dirigeantes, ce brave CHERKI fait depuis plus de dix ans une confortable carrière d’élu-bureaucrate socialiste, cumulant désormais les indemnités grâce aux impôts dont on comprend bien qu’il a tout intérêt à les voir entrer dans les caisses de l’Etat et de la ville de Paris. Mais ça, ce n’est pas méprisable, c’est démocratique.

Le thème de la dépravation de ces sordides émigrés est, quant à lui, repris par l’inoxydable COHN-BENDIT, dont la carrière politique a commencé sous DE GAULLE et qui réussit à conserver un vague air juvénile alors qu’il pulvérise tous les records de longévité d’élu professionnel. Chapeau l’artiste ! Pour le très ancien leader de la très lointaine révolte proto-bobo de mai 1968, l’argument de la dépravation des émigrés tombe sous le sens : "S'ils ont envie de dormir tous avec POUTINE, qu'ils se mettent dans son lit et puis l'affaire est réglée". Ce sont donc des adorateurs de la virilité russe que ces gens là ! Nous aurions du y penser plus tôt.

Ces anathèmes ne doivent pas faire oublier une chose. En 2011, un quart des diplômés des grandes écoles de commerce françaises recherchaient prioritairement un travail à l’étranger, une proportion record.

L’an dernier, à l’Edhec, le tiers de la promotion a quitté la France. Année après année, c’est vers Londres, Montréal, la Californie, l’Australie, la Chine que se tourne une jeunesse désireuse d’un autre avenir que le service de la rente foncière aux aînés et de la rente fiscale aux fonctionnaires.

Face à cette fuite des capacités, le malaise s’installe en Socialie. Que le PIB, comme c’est de plus en plus probable, stagne et même recule en 2013 et l’air va y devenir irrespirable. La haine du Riche, du Gros et de l’Emigré prospérera dans une France qu’on finira par ne plus reconnaître. 

2 - Ayrault ne lit pas Hollande ! 

Pauvre Jean-Marc. Son "Nouveau modèle français" a fait un bide, avec une audience qui n’a guère dépassé la tribune du Monde où il était publié. Il faut dire que ce texte est une resucée anachronique du discours sur la "Nouvelle société" de CHABAN-DELMAS. Près de 40 ans sont passés mais AYRAULT semble ne pas s’en être aperçu. C’est sans doute un signe de fraîcheur en politique.

Ce catalogue de formules creuses qu’on croirait produit par un logiciel de fabrication automatique de poncifs politiciens contient un curieux passage avouant que le niveau de la fiscalité et des dépenses publiques est trop élevé en France. Problème : AYRAULT doit avoir oublié que cela résulte du programme même de son chef, HOLLANDE, lequel, dans son impérissable ouvrage "Changer de destin" envisage noir sur blanc une hausse de la part des prélèvements obligatoires dans l’ex richesse nationale. 

3 - Démagoplus 

Pour montrer, qu’au contraire de SARKOZY à Gandrange, il est capable de tenir une promesse et revenir devant des salariés menacés de la fermeture de leur usine un an après ses engagements, Super-Normal s’est offert une virée très médiatisée à Petit-Couronne, rencontrant les salariés de la raffinerie Petroplus. La réalité est plus prosaïque et MONTEBOURG a vendu la mèche il y a un mois : il existe un repreneur sérieux, un investisseur souverain libyen et l’Etat lui donnera un solide coup de pouce via le Fonds stratégique d’investissement. Mais rassurez-vous, ce ne sera pas une nationalisation ! A propos, les 470 salariés de Petroplus représentent 10 heures de hausse du chômage dans la France post mai-2012 ("seulement") ... 

4 - Plus démago 

Comme le chômage ne va faire qu’augmenter et touche les salariés des services en zone urbaine, qui votent davantage socialiste que ceux des industries de province, le pouvoir s’inquiète. Si la FNAC vacille après VIRGIN, le traumatisme sera violent.

Une parade vient d’être bricolée : CAHUZAC a constitué 2 milliards d’euros de réserve budgétaire supplémentaire pour financer davantage d’emplois factices, connus sous le nom de "contrats d’avenir ou de génération", qui permettront de maquiller cette hausse. On ne sait jamais, deux ou trois cent mille embauches cosmétiques permettront peut être de vendre aux médias, d’ici la fin de l’année, l’inversion de la courbe du chômage. Le Rimmel va couler sous les cils de Marianne ... 

5 – JOSPIN a accouché d’une souris 

Pour l’heure, des quelques réformettes suggérées par la Commission JOSPIN, qui devait proposer une refonte de nos institutions, seule la suppression de la présence des anciens présidents de la République au Conseil constitutionnel est retenue. Elle ne vaudra que pour l’avenir. Bref, cette coûteuse commission permettra peut-être d’économiser un emploi après 2017.

Par les propos de Serge FEDERBUSCH, président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008.