vendredi 30 mai 2014

Mon très cher José


J’ai comme l’impression que tu es en train de te faire démonter comme un McDo par tes copains d’Europe Ecologie-Les Verts après tes comparaisons hasardeuses entre les OGM et la PMA
« Que ce soit pour les couples homosexuels ou hétérosexuels, que ce soit sur le végétal, l’animal et a fortiori sur l’humain, je suis contre toute manipulation sur le vivant »
as-tu osé, José, le 30 avril sur une chaîne chrétienne, afin de faire plaisir à des gens qui, pourtant, persistent depuis plus de deux mille ans à croire dur comme fer à la multiplication des pains (sans farine OGM) et à l’immaculée conception (sans manip biologique). « Un nouvel adhérent pour la Manif pour tous ? » t’a sèchement rhabillé la sénatrice EELV Esther BENBASSA, qui se bat précisément pour l’extension de la procréation médicale assistée aux couples homosexuels et aux femmes seules.

Ouais, parce que pour les autres, je sais pas si on t’a mis au courant, mais ça fait des décennies déjà qu’on fabrique des êtres humains à partir d’éprouvettes ou à l’aide d’autres techniques que celle qui consiste à mettre le petit Jésus dans la crèche avec la bénédiction des missionnaires. Et puis, tu sais quoi, si on n’avait pas manipulé un minimum le vivant depuis un siècle, les gens crèveraient encore à 40 ans comme à cette époque dont tes futurs nouveaux camarades de manif ont la nostalgie.

Franchement, c’est à croire que manger du fromage de bique et des légumes bio ne ventile pas forcément mieux les méninges que de se goinfrer de toxines chimiques, en tout cas ça n’aide pas à faire la distinction entre un épi de maïs chelou et le désir humain d’assurer une descendance
« Je ne crois pas que le droit à l’enfant soit un droit »
as-tu même balancé alors qu’on te chatouillait après coup sur la question. Un droit, donc, mais seulement à condition qu’il y ait devoir conjugal si je pige bien. Les autres, adoptez un chien ou une chèvre.

Sur ta lancée, j’espère que tu vas aller plus loin, dénoncer l’IVG par exemple, une « manipulation du vivant », rejoindre le club tricot de Christine BOUTIN et de ses copines d’eucharistie, voire t’insurger contre les greffes d’organes ou les transfusions sanguines comme un casse-couilles de Jéhovah. Méfie-toi quand même, saint José, il y a dans ton entourage du trafic de semence et j’ai comme l’impression que ça ne concerne pas que les betteraves. Tu as vu cette publicité partout dans le métro pour le Parc Astérix ? Tous ces gamins à moustache, sérieux, tu ne trouves pas qu’il y a comme un air de famille ? T’as laissé traîner un peu partout ton épi fertile et garanti sans OGM ou il y a eu manipulation transgénique ? Une bonne chose, toutefois, tu as réussi, pour la première fois au cours de ce dernier quart de siècle, à rassembler les Verts. Contre toi.

Je t’embrasse pas, mais je te fais un baiser éprouvette.

Goodbye Yannick et bon vent!


La victoire du Front National aux élections européennes fait ces premières victimes et non des moindres. Le « démocrate » off-shore Yannick NOAH va quitter la France. Dans un style bien groove dont il a le secret, il a fait une déclaration fracassante qui a laissé sans voix ses trois fans et son dealer.
«Je soutiens toujours François Hollande… C’est simple, si le FN arrive en tête aux élections européennes, je quitte la France»
Non content d’être un chanteur de merde et un exilé fiscal sans vergogne, NOAH a aussi un sérieux problème avec ce que l’on appelle la démocratie, le choix du peuple souverain reste un concept difficilement acceptable pour ce grand humaniste, qui ne conçoit la France qu’en état de décrépitude a tous les niveaux.

Ayant perdu son procès contre Marine LE PEN concernant son statut d’exilé fiscal et malgré ses efforts musicaux (facturés grassement), le chanteur aux airs de la savane a perdu sur toute la ligne, malgré le soutient médiatique sans faille de la bienpensance ripouxblicaine.

Donc, c’est avec une grande tristesse que nous lui souhaitons un bon retour aux États-Unis, à ce grand sportif dont le cerveau est malheureusement toujours resté dans ses tennis et dont le traitement a base de ganja n’a pas réussi a le guérir.

mercredi 14 mai 2014

Quinquennat - Bilan de l'an II


« Happy Beur's dey tou you, Flamby… » 

La célébration de cette deuxième année fut relativement simple à écrire. Il n’est pas un domaine d’action présidentielle où s’impose un mot différent de celui de faillite. Elle est totale: économique, naturellement, politique et surtout morale.

Faillite économique
Chaque français s’en rend bien compte. Il n’y a pas un indicateur qui soit rassurant pour notre pays. Le chômage d’abord, dont l’augmentation sonne le glas d’un président impuissant. Presque 430 000 chômeurs de plus depuis mai 2012, c’est à dire son élection, soit une hausse de 14,5%! On bat des records tous les mois grâce à ces peintres qui nous gouvernent. Toutes catégories confondues, le nombre d’inscrits à Pôle Emploi s’élève à plus de 5,9 millions de personnes à la fin de mars dernier! Soit près de 20% de la population active. Dans le détail, c’est la même bérézina: alors même qu’ils nous claironnent le contraire tous les jours, les jeunes sont gravement touchés et les chômeurs de moins de 25 ans ont progressé de 6% depuis l’élection de pépère. On ne compte pas ceux qui ont disparu des écrans radar, sans formation ni job, même subventionné: on les estime à près de 1 million! Quant au séniors, c’est là aussi une boucherie: + 30% de chômeurs de plus de 49 ans depuis mai 2012! Sur le chômage, pour le ravi de la crèche, t’es un sacré champion!
Défaillances d’entreprises: record absolu! Sur la seconde partie de l’année 2012, les défaillances d’entreprises de plus de 250 salariés ont augmenté de 34%! Sur l’ensemble de l’année 2012, c’est près de 60 000 fermetures, une paille! Mais comme il serait injuste de considérer qu’une demi-année, regardons 2013: presque 62 000 faillites, record de 2009 battu alors même que nous étions au cœur de la crise. On attend les chiffres de 2014 avec une certaine angoisse et même une angoisse certaine: au premier trimestre, les défaillances ont cru (hein Sapin…) de quasiment 4% par rapport à la même période de l’an dernier.Dette: on atteint des sommets encore inexplorés! Depuis 2012 et ton parachutage rue du Faubourg St Honoré, tu as augmenté les impôts de plus de 33 milliards. Et la dette ? Elle continue sa progression, tranquillou… Fin 2013, elle était à 93,5% du PIB et les économistes s’accordent pour l’évaluer à 95% à la fin de cette année, autour de 1 950 milliards d’euros (en clair cela donne 1 950 000 000 000 ou 12.791.161.500.000 de francs. C'est tellement long que l'on n'arrive même plus à le lire. Un nouveau record donc…. En 2013, notre pays s’est endetté de 84,3 milliards d’euros pour une création de richesse d’environ 6 milliards (0,3 % de croissance). Des chiffres limpides… 
Dépense publique: ça grimpe toujours, évidemment. Là encore, on bat des records! Plus de 57% du PIB en 2013 est digérée par la dépense publique, c’est le deuxième plus fort taux d’Europe, c’est 12,5% de plus qu’en Allemagne! Et 7,3% de plus que la moyenne de la zone euro. Rien que ça! Evidemment pour éponger, il a fallu massacrer fiscalement les français: plus de 46% de PIB de prélèvements obligatoires, c’est là encore un record historique!
Déficit public: on est très loin des engagements. Le déficit français atteindra 3,9% du PIB cette année après 4,3 % cette année, loin des 3% attendus par nos partenaires et des engagements de Babar. A noter que la zone euro a, en moyenne, un déficit à 2,5% du PIB. En 2015, alors qu’il nous chante l’inverse, on ne devrait pas atteindre les 3% visés et plutôt atterrir, si tout va bien, autour de 3,5% de PIB.
Croissance: le crash! C’est simple, ce n’était jamais arrivé depuis plus de 20 ans: la croissance française est inférieure à celle de la zone euros! Merci qui? Elle devrait s’établir si tout va bien à 1% en France cette année contre plus de 1,2% pour la zone euro. En 2015, elle est attendue à 1,5% contre 1,7% en Europe. Et encore, tous les prévisionnistes jugent les perspectives françaises très optimistes… Y a pas dire, en économie, la Guimauve tapes le Grand Chelem!
Faillite politique
La faute à une formidable erreur de casting. L’homme qui doit tout au désormais célèbre Sofitel de New York. Sans cette affaire qui aura fait des tâches, et pas seulement sur la moquette, jamais le culbuto ne serait arrivé là où il est. Comme quoi, il faut toujours croire en ses chances… Mais depuis cette élection, par contre, la chance n’a plus grand chose à voir. On reviendra ici sur les sondages qui ont dégringolé à la vitesse grand V, vers des abysses absolument inédits sous la V° République. En quelques mois, il aura su troquer un prétendu état de grâce contre un véritable état de graisse: c’est simple, son taux de cholestérol doit atteindre des sommets inversement proportionnels à celui de sa cote de confiance! Lucides, les français ne font confiance qu’à une toute petite proportion: entre 15 et 18% de sondés, selon les différents instituts. C’est du jamais vu. Certains sondeurs, en privé, disent ne plus vouloir mesurer ta cote: elle arrive à des niveaux où la stabilité de l’Etat peut être en cause. 
Evidemment, la raclée monumentale aux municipales de mars dernier ont toutes leur place dans son bilan. Et là, franchement, il aura été au top! Une bran-bran, une branléeuuu comme on n’osait pas en rêver… D’accord, Paris, Lille et Lyon sont sauvés, et il gagne Avignon grâce au Front. Mais pour le reste, quelle belle performance! L’Ouest, à qui le PS dois tant, repasse très majoritairement à droite! Le Nord est bleu ciel! Le sud, peu acquis à au personnage, reste tel qu’en lui-même! La France est claire: après 2 ans elle ne veut plus du pédalo. Même Limoges, socialiste depuis plus de 100 ans, a basculé à droite! Résultat, c’est le socialisme municipal qui est laminé. Et avec lui le clientélisme associatif qui est la marque de fabrique de petit combinard d’appareil. Les baronnies sont lessivées. Ces petits chefaillons qui ont tant fait pour son accession. Sans parler des financements du parti qui partaient de loin, de toutes ces innombrables mairies aussi roses que ces petits cochons-tirelires dans lesquelles il était bien aisé de plonger les mains avides pour entretenir les apparatchiks. Monsieur Petite Blague a compris la leçon, son objectif est désormais de retarder la prochaine fessée: les régionales. Elles étaient prévues en 2015, il les décalera en 2016 voire en 2017. Les notes qui circulent semblent confirmer ce qu’on sait tous: 2° raclée en vue! On va donc tripatouiller le calendrier, histoire d’essayer de sauver ce qui peut l’être. Une belle république bananière.
De LEONARDA à MONTEBOURG, de MERKEL à BACHAR, le monde entier te chie dans les bottes et tu as l’air content. Le parfait benêt. On n’épiloguera pas sur les députés dépités qui, se sentant cocus jusqu’au coup, décident de ne plus voter les lois du gouvernement. En tout cas pas comme ça. Fin avril, pour un vote à blanc, ils étaient 41. Il paraît que de Lille vient un vent mauvais qui ne demande qu’à multiplier ces 41 frondeurs… Tu te fais élire sur un programme bidon, tu as une assemblée à ta main qui se fait elle aussi élire sur tes promesses en bois et après 2 ans, tout le monde se rend compte, les français les premiers, que tes engagements étaient aussi solides qu’un pet de lapin
La faillite politique, c’est aussi l’absence totale de ligne claire. Et donc les couacs. On n’en retiendra qu’un seul, le dernier, sur le feuilleton Alstom. Quand ton ministre te désavoue. Parce que c’est symptomatique et surtout parce que c’est drôle: tu as autant d’autorité qu’un agneau syphilitique au milieu d’un meute de loups affamés. Choupinet et Maman MERKEL sont ensembles à Berlin en fin de semaine dernière. Et notre champion du monde lit bien sagement le papier que lui a tendu Angela, à savoir qu’Alstom, en tant qu’entreprise privée, décidera sereinement de son avenir et qui de General Electric ou de Siemens le reprendra. MONTEBOURG, le pieds bien droit sans ses BERLUTTI, peste contre le groupe américain et fait les yeux doux à Siemens en précisant, au passage, que la nationalisation temporaire était sur la table. Qui est en charge de la stratégie économique? Qui décide? Qui écouter, qui croire, et au bout du bout, qui parle?
Faillite morale
Là où tu voulais donner des leçons à la terre entière. Là où tu te croyais apte à juger les uns et les autres, parce que toi, pardon, "tu ne mangerais pas de ce pain-là". Les épisodes Valoche bien sûr, du tweet rochelais à la répudiation en cinémascope. De tes pathétiques virées en scooter, rue du cirque, pour aller lutiner les miches d’une starlette ratée de série pour décérébrés. Et ton garde du corps qui monte les croissants, à 11h du mat’… Toute cette sordide histoire de fesses molles qui s’étalent en grand dans la presse people… Mais quelle déchéance!
Et puis il y eut les amitiés troubles: On a commencé avec Jérôme, le toubib qui aimait le pognon. Même qu’il en a mis un paquet de côté. Tellement de côté que ça tenait plus sur son PEL de la Banque Postale à Villeneuve-sur-Lot, et qu’il a du trouver une banque qui lui prenne. Bon, ok, il l’a trouvée en Suisse, et après? C’est vrai qu’en tant qu’évadé fiscal, il fallait un sacré cran pour lui confier, en tant que ministre du Budget, la délicate question de… l’évasion fiscale, justement! Au moins, on ne pourra pas te reprocher de ne pas mettre le bon mec à la bonne place. Il connaissait les rouages, le Jérôme!
Un an après jour pour jour, voila que débarque l'affaire de ton conseiller spécial, Aquilino. Tranquille, Emile, il se fait cirer ses pompes de luxe par un cireur professionnel du Bon Marché dans un salon du Palais réservé pour cet effet. C’est très France d’en bas, mon gars. La France qui se bat, la France des usines qui ferment. La France des petits patrons que tu condamnes par ta fiscalité. La France de ceux qui essaient tous les jours de se dépêtrer de la nasse dans laquelle tu les as mis. Alors que le bonhomme ait été pris la main dans le portefeuille d’un labo danois alors même que, salarié par l’IGAS, il était chargé justement de contrôler l’activité desdits labos, finalement ça n’a pas plus d’importance que cela… Tu vois, mon gars, tu n’as aucune limite. Et c’est ça quelque part qui fait ta signature.
Enfin il y a les copains, ou assimilés. On reparle toutes les semaines de la fameuse promotion Voltaire de l’Ena dont tu recases à peu près tous les diplômés dans les jolis et confortables placards de la république.
Sans parler de tes copains de circonstances: tu exfiltres la verte-rouge-orangée VOYNET de la mairie de Montreuil vers l’Igas, qui restera donc un ramassis de tordus.
Tu promeus DESIR, qui a tant fait pour la grandeur du PS en tant que premier secrétaire, vers un marocain ministériel, créant de fait une sorte de prime à l’incompétence. Remarque, avec ce choix, c’est tout ton gouvernement qui s’éclaire pour les français. On comprend mieux tes castings!
On pense enfin aux khmers verts pour qui tu brades la politique énergétique de la France. Après tout, que vaut l’indépendance énergétique du pays à côté d’une candidature de Duflot à la présidentielle de 2017? S’il faut lâcher 2 ou 3 ministères, laisser tomber un projet d’aéroport, fermer quelques centrales nucléaires et faire chier la France entière dans du compost, t’y va, sans aucun scrupule.
Et dire qu'il reste encore 3 ans à supporter ta gueule enfarinée 

vendredi 9 mai 2014

Clin d'oeil aux ouatezephoque-sensibles


Jean-Eudes n’a vraiment pas de chance. En quelques années, sa vie a basculé dans l’enfer: il est homéo-sensible. À la suite d’une overdose carabinée d’homéopathie, son corps ne supporte plus le moindre principe actif et Jean-Eudes doit donc, pour survivre, débarrasser ce qu’il mange ou boit de la moindre trace de goût, d’odeur, de saveur, et ne se nourrir exclusivement que de cellulose. Heureusement, l’État français est venu à son secours et lui a octroyé une aide matérielle pour lui permettre d’acheter le matériel nécessaire aux délicates opérations de filtrage et de nettoyage qu’il emploie sur son tofu bio déminéralisé.

Grotesque? Pas tant que ça. À mesure que la Science progresse et permet à l’Humanité de s’extraire un peu plus tous les jours de l’ignorance et de la stupidité, l’Univers s’ingénie à produire des spécimens toujours plus compacts, plus résistants et plus nombreux de collectivistes joyeux dont le but ultime semble être de dépenser, vaille que vaille, l’argent des autres, et de préférence pour les causes les plus absurdes possibles. Et j’en veux pour preuve le cas à la fois récent et à vrai dire franchement préoccupant de la maison départementale des personnes handicapées de l’Essonne, qui a jugé bon d’accorder une aide financière à un homme de 32 ans souffrant d’électrosensibilité. L’affaire n’avait à l’époque déclenché qu’un intérêt moyen dans la presse. Elle rebondit cependant avec le communiqué de presse de l’Académie de Médecine qui tente de remettre un peu d’ordre dans le salmigondis gluant qu’est devenue cette fumisterie.

En substance donc, nous avons d’un côté Jonathan (le prénom n’a pas été changé), qui est chimiste, aujourd’hui en arrêt maladie, et qui se protège en se couvrant le visage d’un tissu avec un maillage de fil d’argent enrobé de polyuréthane, parce que cela permettrait de filtrer les champs électromagnétiques. Oui, vous avez bien lu, le type se protège sous une burka-magnétique.

Tout a commencé alors qu’il travaille comme technicien de recherche dans un laboratoire de chimie dans les Hauts-de-Seine, en contact direct avec un appareil générant d’importants champs magnétiques, des bruits bizarres, un salaire et des horaires pas top. Au début, explique-t-il, les symptômes sont bénins, puis, pouf, en 2010, cela se dégrade: troubles digestifs, du rythme cardiaque, des pertes de mémoire, une moto russe qui refuse de démarrer, bref, la totale. Bien évidemment, les consultations chez les médecins, ces allopathes approximatifs mécréants, ne donnent rien. Pire: à chaque fois, ils osent l’affront et disent que c’est psychologique au lieu d’immédiatement abonder dans le sens du malade. Heureusement, après moult consultations remboursées par la Sécu (donc, concrètement, vous, les électro-insensibles en bonne santé), c’est le professeur Belpomme, tout acquis à sa cause, qui diagnostique enfin ce qu’il a: il est électrosensible, évidemment !

Depuis, il s’est installé dans un village loin de toutes les ondes électromagnétiques, dans la campagne profonde et loin de toutes traces de civilisation électronique, au milieu de la Creuse l’Essonne sous-développée. Et sa santé s’est, évidemment, améliorée: grâce à un régime sans gluten (cette fraction protéique réputée pour provoquer des champs magnétiques graves) et des balades en forêt et dans la nature, Jonathan a moins de problème de mémoire (mais il porte un joli filet magnétique, des fois que).

De son côté, l’Académie de médecine est, elle, fort surprise. Apprenant que notre chimiste électro-réduit a obtenu une aide publique pour ses petits soucis, elle s’est fendue d’un communiqué de presse dans lequel elle s’interroge sur la pertinence de cette décision. Et à l’appui de son interrogation, elle rappelle quelques éléments factuels dont ne se sont manifestement pas trop embarrassés les pouvoirs publics lorsqu’il s’est agi de distribuer l’argent du contribuable (chapeauté ou non d’alu):
Plus de 40 études en aveugle à travers le monde ont démontré que les personnes électrosensibles incriminent les ondes sans savoir faire la différence entre un émetteur de radiofréquences éteint ou allumé. Aucune étude sérieuse ne confirme l’efficacité des dispositifs anti-ondes sur la santé
Eh oui, si la faculté est parfaitement consciente qu’il peut très bien y avoir une véritable souffrance des patients déclarés électro-sensibles, elle n’en rappelle pas moins les fondamentaux scientifiques: les expériences en aveugle ont malheureusement toutes conclu à l’incapacité des malades à déterminer s’ils sont ou non en présence d’un champ magnétique (zut et zut), et il n’y a pas, à ce jour, d’études permettant d’établir l’efficacité des dispendieux dispositifs vendus aux malades trop contents de trouver là un moyen, aussi artificiel soit-il, de contrôler leur environnement et de reprendre prise sur leur maladie, mal identifiée (zut et flûte).

(Économiquement en revanche, on peut très facilement expliquer pourquoi, à mesure que les malades sont plus écoutés, ils se font aussi plus nombreux, et pourquoi, dès lors, les fabricants d’amulettes technospatiales se multiplient aussi.)

D’autre part, et l’Académie rejoint ici les remarques maintes fois répétées des libéraux, la distribution de ce genre de roudoudous subventionnés par l’administration ne peut qu’aggraver le problème général que les diagnostics fantaisistes entraînent: les malades ne sont pas réellement soignés puisqu’on leur fournit seulement un effet placebo, on les encourage dans leur représentation faussée de leur maladie en abondant dans leur sens, et pire encore, on envoie un message catastrophique au reste de la population en donnant l’onction administrative à ce type de handicap, ce qui favorisera la recrudescence inopinée et fort commode de nouveaux cas tous plus lacrymogènes les uns que les autres.

En d’autres termes, maintenant que le robinet d’argent public est ouvert, l’électrosensibilité va devenir un mal foudroyant touchant une proportion toujours plus grande d’individus dont le travail, harassant, mal payé et en contact facile avec des substances magnétogènes ou électronuisibles, ne peut être continué sous peine de graves lésions. Vite, indemnisez-moi / prenez-moi en charge / occupez-vous de moi et de mes problèmes.

Bref, tant l’Académie que la personne de bon sens ne peuvent que constater la suite, déjà évoquée dans un précédent édito, de la dérive vers le n’importe quoi new-âge dans lequel s’enfonce mollement la société en général et l’administration française en particulier (élus inclus): depuis le funeste avènement du principe de précaution dans notre constitution, qui aura plongé le pays dans un formol aussi toxique que le plus totalitaire des socialismes, tout concourt dans ce pays à infantiliser toujours un peu plus les individus en tenant pour acquis que le monde les entourant ne veut que leur perte et que la technologie ne provoquera, à terme, que troubles et maladies désagréables. Et il est donc urgent que tout le monde se serre les coudes pour, d’une part, s’entraider à coup de solidarité forcée (ne discutez pas) et d’autre part que chacun fasse barrage (de son corps s’il le faut) à ces inventions du Diable.

Moyennant quoi, on honnit le gaz de schiste, on interdit les OGM, on fustige les méchantes ondes et on se réfugie bien vite en forêt avec un filet métallique sur la tête.

Tout ceci est extrêmement encourageant pour le futur de ce pays qui reste inexorablement foutu.