lundi 2 juin 2014

Mon très cher Jean-François


Au diable Conare, Cocoe, Dom, Tom, Wallis et Futuna, pour moi, le Président, c’était toi. Moi, j’y ai cru depuis le début. Avec ton expérience de fils de proctologue, j’étais certain que tu allais l’exploser, le Fillon. Tu as sans doute été aidé par les combines occultes de la Cocoe, face à François le Cocu, mais le résultat était bien là. Tu devint élu président de l’UMP à travers une victoire éclatante, éclaboussante en dépit des accusations internes de fraude qui entachent le scrutin et, pour plus longtemps, ta conscience. Mais peu importe, tu devint président.

Pré-Si-Dent, Jeff, ça claque un peu plus que secrétaire général, poste indigne de ton standing et de tes ambitions que tu occupais. Je me rappelle le soir de ton autoproclamation, certain de ta victoire, loin pourtant d’être acquise, tu t’enfermas dans ton bureau « entouré de tes proches collaborateurs », selon le rituel consacré des présidents nouvellement élus. À un moment, j’ai même cru que tu allais descendre les Champs-Élysées en Safrane, demander la protection officielle réservée aux chefs d’État et réunir tes partisans à la Concorde. À droite, pourtant, la place était plutôt à la discorde et j’avoue qu’on rigole bien devant le déballage pathétique de vos inimitiés, dévoilant cette « fracture morale », selon les mots de ton rival qui s’y connaît en fracture depuis ses exploits en scooter.

« La famille, c’est sacré », beuglaient il y a quelques jours dans la rue nombre de tes partisans « décomplexés » et contre « le mariage sodomite ». On peut dire en effet que vous formez une sacrée famille, un modèle à dupliquer, un bel exemple pour la jeunesse. Cette famille décomposée, dont tu devint le chef, on rêve à l’évidence d’y appartenir, surtout maintenant que tu as poussé le parti dans les orties du FN. Un mariage triste, bien plus dégénératif à terme pour la société que le mariage gay, crois-moi.

Après tes pains au chocolat rassis(tes), tu n’auras plus qu’à aller toi aussi bâfrer des viennoiseries avec la fille LE PEN au prochain bal des chemises brunes. Toi qui parlât au cours de ta campagne abjecte de « pays réel » en hommage discret mais crapuleux à Charles MAURRAS, on voit plus très bien ce qui te retient. Tu pourras compter pour accomplir ton oeuvre sur le soutien de la Droite forte, baptisée sans doute ainsi en raison de son odeur, dont la motion est arrivée en tête parmi les choix des militants. Ses instigateurs, dont Geoffroy DIDIER, qu’en interne à l’UMP, ceux chez qui persiste un semblant de lucidité, surnomment Benito, sont devenus tes plus proches souffleurs d’idées, tuyautés par Patrick BUISSON, l’indéracinable morbac qui vous tire par la couille (extrême) droite depuis des années et qui tint enfin sa revanche sur celles, molles, vaguement plus à gauche de NKM, BACHELOT et BAROIN.

Ces mêmes qui te conduisent aujourd'hui à la démission avec ta putain d'affaire bygmagouille. Qu'est ce que j'en ai ri. Votre grand déballage, vos lavements de linge sale en public. Y'a pas à dire, Jeff, sauf à changer le nom de ta secte, sauf à espérer le retour du grand timonier, Sarko, vous êtes décidément bien niqués électoralement à n'en juger que la grosse baffe que la Marine t'a mise le week end dernier aux Européennes.
Bref, c’est la fête du slip. Une pelletée de plus sur la tombe du Général, une aubaine pour l'UDI qui espère récupérer les miettes du pain au chocolat, un grand bazar qui nous fera rire encore quelques mois… Jusqu’aux prochaines élections, les vraies, pas vos simulacres incestueux, où l’on verra sans aucun doute que les idées fétides que tu t’es risqué à décomplexer auront surtout pour effet de faire encore grossir les urnes bleu Marine. Car l’original, c’est connu, vaut toujours mieux que la COPE.

Je t’embrasse pas, j’ai piscine chez Ziad.

De Marine à Mehdi


Aah les beaux contempteurs de l'extrémisme que voilà: militants du NPA, du PCF, du front de gauche. Même goût de la démagogie, mêmes explications du complot de la finance internationale, même rage contre un «système» dont ils profitent dès qu'ils le peuvent.

Et que dire de la modération de leur langage: «Marine on t'encule!» (Le Monde, 28 mai). J'attends encore les protestations des féministes médiatiques. Ceux qui défilaient dimanche 25 mai étaient les mêmes qui défilaient pour exiger le retour de Leonarda et de la sympathique famille DIBRANI. 

Et que voilà une nouvelle catastrophe pour la bien-pensance, socialos, écolos, antifas, journalopes, artistes et antiracistes. A la surprise générale, l’assassin de Bruxelles n’est pas un militant du Front national. A la consternation de tous, il n’est pas d’origine européenne. Sans surprise, c’est un islamiste, français de papier, de Roubaix, Mehdi NEMMOUCHE, braqueur, multirécidiviste, suspecté d’être parti faire le jihad en Syrie. Sans problème, il a pu rentrer en France, et, quand il a été arrêté, il était juste en possession d’un calibre 38 et de 57 cartouches, et d’une kalachnikov d’assaut avec 261 cartouches. Félicitations au nouveau ministre de l’Intérieur, CAZENEUVE, qui laisse donc les Français à la merci de psychopathes de ce type, qui circulent librement sur notre territoire. Il est vrai qu’il a déjà réussi l’exploit de laisser filer en Syrie la sœur MERAH et la famille, qui ont payé le voyage avec l’argent des allocations familiales…

Bref, le profil de NEMMOUCHE est fort semblable à celui de MERAH, DEKHAR ou FOFANA, eux aussi islamistes, eux aussi coupables de crimes racistes. On pourrait croire que la France étant championne d’Europe du nombre de jihadistes partis en Syrie – le ministre de l’Intérieur avait parlé de 800 cas (putain HUIT CENT barbus quand même!, une ville quoi) – il y aurait une mobilisation exemplaire pour demander d’abord qu’ils soient tous déchus de leur nationalité, et surtout exclus du territoire français, pour protéger la sécurité de nos compatriotes. Sauf que, ... ils sont français et l'on ne va pas, par idéologie, en faire des apatrides.

On pourrait également penser que nous aurions eu des manifestations géantes contre la montée de l’antisémitisme, et que les dignitaires juifs, ainsi que l’ineffable BHL, si prompts à salir les partis de droite, sauraient expliquer qu’il y avait un petit rapport entre ces crimes et l’islam.

Mais ils préfèrent fréquenter des militants politiques qui n’ont jamais travaillé de leur vie, des apparatchiks syndicaux qui n’ont pas mis un bleu depuis longtemps, et des étudiants dégénérés de la Fidl qui portent des robes, manifestent contre le FN, alors qu'ils feraient mieux de fréquenter un milieu qu’ils ne connaissent pas : le peuple.

Qu'à cela n'en tienne. La messe est dite de toute façon. Ce pays est foutu.